PAD Herrmann-Debroux – le projet n’améliore pas la qualité de vie des Auderghemois !

Retrouvez mon intervention prononcée au Conseil Communal d’Auderghem du 28 novembre 2019 lors du débat sur le projet régional PAD Herrmann-Debroux – seul le prononcé fait foi – Jeremy Van Gorp – chef de groupe MR à Auderghem. 

 

Monsieur le Président, Monsieur le Bourgmestre, Mesdames, Messieurs les échevines et échevins, Mesdames, Messieurs,

 

Il s’agit très probablement du débat le plus important que nous aurons ces prochaines années à Auderghem. La question qui se pose n’est pas de savoir si on est pour ou contre la destruction du viaduc. La question qui se pose est de savoir quel projet nous voulons pour Auderghem dans 10 ans.

 

Oui j’ai envie de rêver, de définir une vision sur le moyen terme pour Auderghem, de voir émerger un nouveau dynamisme, de revoir notre entrée de ville. Mais je veux avant tout préserver ce qui caractérise notre commune, son charme, son caractère de « village dans la ville ». Je veux avant tout renforcer la qualité de vie des Auderghemois.

 

Or le projet tel qu’il est présenté ne me fait pas rêver. Quand je l’analyse dans son entièreté, je ne retrouve plus ce qui fait le charme de la commune aujourd’hui. Je ne retrouve plus ce village dans la ville. C’est vrai, nous supprimons le viaduc. Esthétiquement c’est très beau. Mais là n’est pas la question. Le problème réside dans ce qu’il y a autour du projet ou ce qui ne s’y trouve pas. C’est cela qui m’inquiète. Et croyez-moi, je ne suis pas le seul.

 

Avec l’équipe du MR d’Auderghem, nous avons organisé dimanche dernier une rencontre citoyenne pour parler du projet régional. Il y avait quasiment 100 personnes. Avec Martine Maelschalck, nous leur avons présenté ce qui figurait dans le PAD. Les réactions étaient unanimes : « Ils sont fous ! ». Car oui, le projet régional veut trop, trop grand et trop vite. Le projet régional ne se donne pas réellement les moyens, il n’offre quasiment pas d’alternatives, de solutions crédibles.

 

Le projet tel qu’il figure présente en fin de compte deux grands objectifs

– 1/ détruire le viaduc : de manière un peu dogmatique puisque son réaménagement/transformation n’a même pas été envisagé

– 2/ construire du logement. Et pas qu’un peu. On parle de plus de 1500 nouveaux logements. Soit environ 3.500 nouveaux habitants (c’est-à-dire 10% en plus de la population actuelle). On y transforme Delta, Beaulieu, Demey. On crée des buildings tellement grands qu’ils vont drainer 40.000 passages par jour en plus sur notre commune. Et là je ne parle pas des conséquences de la destruction du viaduc. Je ne vous parle pas non plus des projets immobiliers à venir qui s’additionneront aux projets prévus dans le PAD.

 

Maintenant venons-en au viaduc.

 

Je me répète mais la question n’est pas : est-on pour ou contre la destruction du viaduc ? La vraie question doit d’abord être : que veut-on faire d’Auderghem ? Je pense que nous partageons tous l’idée qu’il faut renforcer la qualité de vie des Auderghemois. La question qui se pose alors est : le viaduc est-il aujourd’hui le réel frein à cette qualité de vie ? Si c’est le cas, le projet qui vise à détruire ce viaduc renforce-t-il véritablement la qualité de vie des Auderghemois ?

 

Je le regrette mais dans l’état actuel, ce n’est pas le cas.

Non, créer des tours et blocs de bétons n’améliore pas la qualité de vie

Non, les embouteillages n’améliorent pas non plus la qualité de vie

 

Or c’est bien de cela qu’il s’agit ici. Le PAD est très clair ! La destruction du viaduc engendrera la saturation totale de la Chaussée de Wavre. 270 voitures par heure en plus se déverseront sur le boulevard du Souverain ; plus de 300 véhicules par heure supplémentaires en direction du Nord (Ring extérieur) ; plus de 100 voitures par heure en plus sur l’Avenue de Tervuren. Mais ce n’est pas tout ! On nous cite une série de quartiers d’Auderghem qui seront également impactés car ils offrent des itinéraires « bis » vers le boulevard du Souverain, l’avenue de Tervuren et le Ring. Les quartiers concernés sont :

– Le quartier « Transvaal » à Auderghem

– Le quartier « Pinoy » à Auderghem

– Le quartier « Trois Tilleuls » à Boitsfort

– Le quartier « Saint-Julien » à Auderghem

– Le quartier « Chant d’Oiseau » à Auderghem/Woluwe-Saint-Pierre

– Le quartier « Invalides » à Auderghem

– Le quartier « Sainte-Anne – Val Duchesse » à Auderghem

En gros, tout Auderghem !

 

Mesdames, Messieurs,

C’est clair, les premières victimes de ce plan, ce sont les Auderghemois. Ce sont eux qui vont devoir vivre dans une commune où l’on ne pourra pas circuler.

 

Alors oui, le but est de créer un parking de dissuasion, estimé entre 800 et 1500 places. Mais en réalité on ne crée au grand maximum que 500 places. Avec le projet immobilier à Delta et la destruction du viaduc à Herrmann-Debroux, on détruit plus de 1 000 places de parkings déjà existantes. Et là je ne parle même pas de la destruction du parking du Carrefour à Demey où certains navetteurs viennent également se garer. 500 places pour compenser la destruction du viaduc ce n’est pas une solution de mobilité. Et en plus, le parking n’est n’est même pas relié au métro !

Je le répète, je n’ai jamais dit que j’étais contre la destruction du viaduc. Je dis seulement dans l’état actuel, la destruction du viaduc va nuire à la qualité de vie des Auderghemois. Il nous faut des alternatives, il nous faut d’autres solutions.

 

Cela fait plus d’un an que je planche avec Martine Maelschalck sur ce PAD. Et je suis étonné du nombre de personnes qui ont réfléchi à un autre projet, à d’autres solutions. nous avons rencontré une série d’architectes, d’ingénieurs, des personnes du secteur privé comme public. Et nous sommes arrivés à la conclusion que, oui un autre projet est possible !

 

Par exemple, pourquoi ne pas mieux exploiter le site au carrefour Léonard qui se situe sur le territoire d’Auderghem ? On pourrait y créer une véritable porte d’entrée vers Bruxelles, un hub de mobilité (où la Stib, Tec, De Lijn pourraient se rejoindre), avec un réel parking de dissuasion où l’on intègrerait des espaces de bureau, ce qui permettrait d’avoir un partenariat public-privé. Cela permettrait d’accueillir et d’accompagner les navetteurs au lieu de les dissuader de venir à Bruxelles. Je rappelle tout de même qu’en tant que capitale de la Belgique et de l’Europe, nous ne pouvons pas fermer les portes !

 

Je terminerai mon intervention en répétant ce par quoi j’ai commencé :

 

Mesdames, Messieurs,

Je ne demande qu’à rêver, qu’à croire dans un projet à long terme qui donne une nouvelle vie à la commune, qui comble les manques de la politique locale. Un projet moderne, où la mobilité douce est mise en avant, où l’on reconçoit la ville. Une commune verte, pionnière dans la lutte contre le changement climatique et dans le développement du secteur digital. Tout cela me fait rêver et je veux faire partie de ce changement. Mais il faut que cela soit réalisé de manière intelligente et réaliste.

 

Par conséquent, la commune d’Auderghem doit :

– être ferme envers la Région

– dire à voix haute que le projet dans son état actuel n’améliore pas la qualité de vie des Auderghemois

– exiger un parking de dissuasion supérieur à 1500 places

– exiger une diminution du nombre de logements et de certains gabarits

– dire à voix haute qu’un autre projet est possible, que des alternatives existent

– exiger d’analyser plus en profondeur l’impact sur les rues d’Auderghem où l’on sait qu’il va avoir un effet négatif

– exiger de réexaminer le viaduc de Watermael

– exiger que le carrefour Léonard soit mieux étudié

– exiger que l’on étudie réellement la réaffectation/réaménagement du viaduc

 

Mesdames, Messieurs les membres du collège,

Si vous souhaitez réellement améliorer la qualité de vie des Auderghemois alors nous devons renvoyer la copie à la Région en exigeant des changements significatifs dans le projet ! Si vous adoptez cette position, vous pourrez compter sur notre soutien.

Par contre, si vous comptez approuver le projet tel que présenté moyennant quelques changements mineurs, je continuerai à me battre car avec ce projet, dans l’état actuel, on fonce droit dans le mur !

 

Jeremy Van Gorp – Chef de groupe MR au Conseil Communal d’Auderghem



Leave a Reply